Prendre un rendez-vous

Veuillez sélectionner un formulaire valide

Comprendre et prendre en charge l’arthrose



arthrose

L’arthrose est une pathologie très courante qui affecte principalement les personnes âgées de plus de 50 ans. Voici tout ce que vous devez savoir sur le sujet!

L’arthrose, c’est une “usure” du cartilage articulaire. Le cartilage est le tissu souple et élastique qui recouvre l’extrémité des os dans une articulation. Il permet un mouvement sans friction de l’articulation. Dans une articulation saine, il existe un équilibre entre la régénérescence et la dégénérescence du cartilage. Le cartilage a besoin d’une certaine quantité de charge, donc de mouvement, pour se régénérer et se lubrifier. C’est pourquoi des charges saines doivent être appliquées sur les articulations pour ainsi favoriser une certaine réparation du cartilage et ainsi une bonne santé articulaire.

Le terme arthrose est utilisé pour décrire les changements qui se produisent lorsqu’il y a un déséquilibre qui survient, c’est-à-dire une plus grande dégradation que de synthèse du cartilage. Ces changements affectent toute l’articulation, mais principalement le cartilage articulaire qui devient alors plus mince et fragile.

Il est important de différencier l’arthrose de l’arthrite. Lorsqu’on parle d’arthrite, on parle d’une maladie auto-immune, inflammatoire et chronique qui touche certaines articulations. Une consultation avec votre médecin (et éventuellement un rhumatologue) pour une médication appropriée sera souvent nécessaire si vous souffrez d’arthrite.

Qu’est-ce qui provoque l’arthrose?

L’arthrose est habituellement causée par une surcharge mécanique. C’est à dire quand on en a trop fait, trop vite… Et ce, à répétition, sur une longue durée. Mais la santé et la tolérance de votre cartilage diminuera aussi si vous êtes sédentaire ! Donc, votre cartilage sera à risque lorsque vous ne dosez pas bien et que vous répétez ce mauvais dosage… Et c’est vrai autant quand vous en faites trop que lorsque vous n’en faites pas assez ! Le fait de subir un traumatisme à votre articulation créera aussi une fragilisation de votre cartilage (exemple: après une fracture ou une chirurgie à votre articulation). Finalement, il est important de savoir que l’arthrose est une évolution normale du cartilage avec l’âge… Tout le monde va en avoir, au moins un peu, un jour ! (C’est comme les cheveux gris et les rides sur la peau)

Quels sont les signes et symptômes de l’arthrose?

La douleur et la raideur à une articulation sont les premiers symptômes de l’arthrose. La déformation de votre articulation (apparition d’une “bosse” osseuse) est un autre indice qui peut apparaître si l’arthrose est plus importante. La raideur matinale (raideur qui est plus significative au lever le matin) est un des symptômes classiques. De plus, il n’est pas rare de ressentir un gonflement et une augmentation de la chaleur dans les articulations atteintes d’arthrose en raison de l’inflammation.

Le cartilage n’a pas de récepteurs de la douleur, mais les os, eux, en ont. Quand le cartilage est aminci et endommagé et que l’os sous le cartilage devient affecté, nous commençons alors à ressentir la douleur. Cela peut être aggravé lorsque les tissus au pourtour de l’articulation (la capsule, les ligaments et les muscles) sont affectés.

Par exemple, l’arthrose peut entraîner une laxité (relâchement de l’articulation) et créer un manque de stabilité de celle-ci. Les muscles peuvent alors être davantage sollicités afin de compenser cette instabilité, entraînant ainsi plus de douleur et de raideur musculaire au pourtour de l’articulation.

Où peut se trouver l’arthrose?

L’arthrose peut survenir dans toutes les articulations. Cependant, le genou, la hanche et la colonne vertébrale sont des articulations qui sont fréquemment touchées en raison des charges qui leurs sont transmises au quotidien (ex : à la marche, escaliers, soulèvements de charge, etc.).

Le genou, en particulier, est une articulation qui supporte beaucoup de charge et c’est également une articulation qui est particulièrement à risque de blessures. Les blessures à l’articulation du genou peuvent secondairement favoriser le développement de l’arthrose. (exemple: suite à une déchirure du ligament croisé antérieur)

Les symptômes de l’arthrose du genou peuvent inclure: douleur à la marche, sensation d’une jambe raide ou instable, craquements/bruits articulaires, etc. Les symptômes peuvent aussi causer des difficultés à certaines activités comme: monter/descendre un escalier, s’accroupir, se relever, etc.

Enfin, la détérioration articulaire peut éventuellement entraîner des déformations de type «valgus» (genoux vers l’intérieur) ou «varus» (arqués ou genoux “cow-boy”).

La douleur à la hanche, quant à elle, sera souvent localisée au pourtour de la hanche et peut parfois irradier à la cuisse ou à la fesse.

L’arthrose de la hanche entraînera souvent une réduction de la mobilité articulaire, entraînant ainsi des problèmes au quotidien tels que d’embarquer dans la voiture, mettre des chaussettes/souliers, monter une côte à la marche, etc.

La longueur de vos pas à la marche en sera aussi affectée. Il pourrait aussi vous être difficile de redresser vos hanches une fois debout, de sorte que vous pourriez avoir tendance à marcher un peu penché vers l’avant.

La colonne vertébrale peut aussi être atteinte d’arthrose. Les indicateurs seront la douleur, la raideur matinale et la diminution de mobilité. Si une arthrose plus importante est présente au niveau de votre rachis, cela provoquera souvent une sténose (un rétrécissement de l’espace pour votre moëlle épinière et/ou pour une de vos racine nerveuse) qui entraînera parfois une compression radiculaire et par conséquent une sciatalgie.

L’arthrose est-elle fréquente?

Tout le monde aura de l’arthrose dans ses articulations avec l’âge, c‘est le processus normal de vieillissement d’une articulation ! Mais, c’est important de savoir que l’arthrose ne crée pas toujours de la douleur ! En effet, seulement environ 10-15% des genoux et 20-25% de hanches avec arthrose sont symptomatiques.

Comment établit-on le diagnostic d’arthrose?

On diagnostique l’arthrose grâce à l’histoire, à l’examen clinique et à l’imagerie médicale (exemple: à l’aide d’une radiographie ou d’une résonance magnétique). À l’histoire, la raideur matinale d’une articulation, la douleur et le gonflement occasionnel de votre articulation sont des indices d’arthrose. L’examen clinique de votre physiothérapeute révélera souvent une perte d’amplitude articulaire, une synovite (enflure) de votre articulation et une douleur à la palpation. Les tests démontreront également souvent une perte de force. Bien sûr, l’imagerie médicale permettra de confirmer la présence ou non d’arthrose.

Quels sont les facteurs de risque de l’arthrose?

Tout le monde développera un jour de l’arthrose, car c’est l’usure normale du temps qui fait son œuvre sur une articulation. Mais plusieurs facteurs favorisent une apparition d’arthrose plus importante ou plus prématurée. L’âge est le premier facteur (avoir plus de 50 ans), l’hérédité (histoire d’arthrose dans la famille), avoir subi un traumatisme à votre articulation (exemples: entorse importante, fracture, chirurgie), l’obésité (surplus pondéral) et la sédentarité.

Est-ce que la marche est bonne pour l’arthrose?

La marche est souvent un des meilleurs exercices pour l’arthrose. La clé est de progresser très graduellement votre volume de marche et de respecter le bon dosage. En effet, on ne souhaite surtout pas provoquer plus de douleur, de raideur ou de gonflement à votre articulation après votre marche (dans les heures suivantes ou le lendemain). Tous les exercices qui feront bouger votre articulation seront bénéfiques pour votre arthrose… La clé est de bien doser !

La prise en charge en physiothérapie est la clé pour l’arthrose!

À ce jour, il n’existe aucun moyen efficace pour remplacer la perte de cartilage. Les traitements actuels visent principalement la réduction des symptômes, à améliorer la mobilité et la force… Et ainsi à améliorer la fonction.

Des exercices spécifiques, prescrits par un physiothérapeute, peuvent être effectués pour soulager la douleur, maintenir les amplitudes articulaires et pour renforcer les muscles qui protègent votre articulation. Lorsque la fonction s’améliore, il est primordial de demeurer actif et faire certains exercices cardiovasculaires, car cela peut aider à maintenir un poids santé (et donc diminuer la charge sur votre articulation) et à améliorer votre santé globale.

La prise en charge des symptômes de l’arthrose comporte trois volets:

  • Le plus tôt possible pour tous: l’éducation, la prescription d’exercices et le contrôle du poids (si nécessaire);
  • Ensuite au besoin: les traitements de physiothérapie et le soulagement pharmacologique de la douleur;
  • En dernier recours: les infiltrations puis la chirurgie.

Les infiltrations sont-elles recommandées pour le traitement de l’arthrose ?

Il existe différents types d’infiltration pour vous aider avec votre problématique d’arthrose. Il y a d’abord les infiltrations de viscosuppléance qui sont utiles pour l’arthrose légère à modérée. Cette technique consiste à injecter une substance lubrifiante dans l’articulation (on peut comme si on injectait de l’huile dans une “penture” usée). L’infiltration de cortisone est toutefois le premier type d’injection qui sera habituellement utilisé. La cortisone permet de diminuer la douleur et de faire “dégonfler” l’articulation par son effet anti-inflammatoire. Cet effet positif sera rapide après l’injection… Mais de courte durée (habituellement quelques mois)… Et il est important de savoir que la santé à long terme de votre articulation pourra être affectée si vous multipliez les infiltrations de cortisone.

L’arthroplastie comme solution de dernier recours pour l’arthrose

Si vous souffrez de douleur articulaire causée par l’arthrose et que cela handicap significativement votre qualité de vie et votre fonction, alors la chirurgie peut devenir une option thérapeutique… Mais seulement une fois toutes les alternatives de traitement conservateur épuisées (physiothérapie, médication, infiltrations, etc.).

L’arthroplastie est le nom de la chirurgie de remplacement articulaire au cours de laquelle l’articulation endommagée est enlevée, puis surfacée/remplacée par des surfaces articulaires artificielles (métal, céramique, plastique, etc.).

Il s’agit d’une procédure courante pour les personnes souffrant d’arthrose sévère de la hanche (PTH : Prothèse Totale de la Hanche) et du genou (PTG : Prothèse Totale du Genou).

Le plus grand gain après la chirurgie sera une diminution de votre douleur (habituellement une disparition graduelle et complète après quelques mois), un gain de mobilité et une amélioration de votre fonction. Vous pourrez ainsi retrouver une très bonne qualité de vie et reprendre plusieurs activités et loisirs.

L’importance de la réadaptation en physiothérapie après l’arthroplastie

Une période de réadaptation sera requise après la chirurgie, afin d’en optimiser les résultats.

Saviez-vous que, selon la science, 1 patient sur 4 rapporte une douleur chronique, une faiblesse musculaire, un problème d’équilibre, des limitations fonctionnelles et une qualité de vie moyenne à la suite d’une arthroplastie? Ces constats pourraient s’expliquer par une pauvre qualité de réadaptation ou une réadaptation inadéquate après la chirurgie. D’où l’importance de confier votre réadaptation à une équipe de professionnels de la santé (physiothérapeute, kinésiologue, ergothérapeute) hautement qualifiés!

Chez PCN, notre équipe saura ainsi vous accompagner et vous conseiller tout au long du continuum de soins, dès l’apparition des premiers signes et symptômes de l’arthrose, jusqu’à une réadaptation optimale!

Notre objectif demeure le vôtre soit que vous puissiez reprendre toutes vos activités et loisirs à la hauteur de vos attentes !

 


Articles similaires